Les chrétiens d’Orient entre déportation et génocide, dans le silence général

ن : le symbole de la honte, qui désigne les chrétiens comme l'étoile jaune désignait les Juifs sous le nazisme.

ن : le symbole de la honte, qui désigne les chrétiens comme l’étoile jaune désignait les Juifs sous le nazisme.

L’ultimatum des djihadistes a expiré samedi 19 juillet à midi pour les chrétiens de Mossoul. Ils avaient le choix entre (1) se convertir à l’islam, (2) accepter le statut de « dhimmi » ou (3) être passés au fil de l’épée. Alors que la conversion forcée est formellement proscrite dans le Coran (sourate 2, verset 256), l’islam des premiers temps avait mis au point la « dhimma », un statut juridique visant à protéger les minorités non-musulmanes des empires musulmans. Moyennant impôt (la jizya) et une limitation des droits juridiques, les « dhimmi » étaient libres de circuler (NDLR : du racket).

Depuis la prise de la deuxième ville d’Irak par les troupes de l’Etat islamique (EIIL) en juin, ils ont presque tous choisi l’exil. Les assyro-chaldéens, l’une des plus vieilles branches du christianisme, y vivaient depuis 2 000 ans…

La suite sur Rue89

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.