Le poème que se récitait Mandela dans sa geôle

C »est beau… sans commentaire :

« Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé,

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur,

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme. »

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le poème que se récitait Mandela dans sa geôle

  1. AZIZ BENKIRANE dit :

    La poésie , autant que la musique , demeure la compagne la plus fidèle !
    Madiba surmontait majestueusement ses souffrances de vers aussi beaux que consolateurs …

    J'aime

Les commentaires sont fermés.