Ces expressions exaspérantes

À la faveur des événements récents, j’ai mis à jour ma liste d’expressions exaspérantes, qu’on emploie à tort et à travers, même moi (je le confesse !) :

  • Au jour d’aujourd’hui (alors qu’il faut dire : à ce jour),
  • Je sais pas vous, mais moi… (en ce qui me concerne, pour ma part…),
  • Je suis en mode repos, travail, reconquête (on n’est pas des machines…),
  • Bon appétit (vulgaire, à moins d’être le serveur…),
  • « Un accueil un peu rude » (comprendre : ils ont été injuriés et caillassés),
  • Au temps pour moi (ou autant pour moi… : on n’est pas à l’armée),
  • Et oui (non, la plupart du temps, il faut écrire « eh oui »),
  • À plusss (à plus tard, à bientôt),
  • À toute (à toute quoi ? À toute vapeur, à toute allure… ?),
  • « Ils ont seulement reçu des projectiles » (comprendre : ils ont été caillassés),
  • Je dis ça, je dis rien (dans ce cas là, mieux vaut se taire…)
  • « La reprise, elle est là » (comprenez, bah c’est facile à comprendre, non ?),
  • Vous n’êtes pas sans ignorer (non, on dit « vous n’êtes pas sans savoir », ce qui veut dire qu’on suppose que vous le savez…),
  • Un déficit de concertation (un manque de concertation),
  • « À Trappes, la situation est contenue » (comprenez : on n’avance pas),
  • Être pro-actif (c’est vitaminé, combien de calories ?),
  • Benchmarking (comparaison),
  • Principe de précaution (alors qu’en général on fait référence au principe de prévention, ce qui n’a rien à voir),
  • Le jeune qui a tenté d’étrangler un policier s’appelle « X » ; le jeune qui s’est rebellé à l’issue d’une manif contre le mariage homo s’appelle « Nicolas Bernard-Busse » (dans un cas on donne le nom, pas dans l’autre – ne pas stigmatiser),
  • Acheter malin (acheter pas malin, ce serait d’un ridicule…),
  • Un coach (un conseiller),
  • Employabilité (néologisme évoquant la notion d’adaptabilité professionnelle),
  • Senior (personne âgée),
  • Cadre ouvert à de nouvelles opportunités (en bref, il est chômage),
  • Personnes à mobilité réduite (handicapé(e) moteur),
  • Personnes éloignées de l’emploi (l’emploi aurait donc un emplacement géographique qu’il serait possible de déterminer, à moins qu’il ne s’agisse de l’adresse de Pôle-Emploi ?),
  • Déficient visuel (mal-voyant),
  • Déficience auditive (surdité),
  • Situation d’échec (échec, tout simplement),
  • Sans-papiers (la plupart ont des papiers, mais ils ne veulent pas les montrer, c’est différent),
  • Désoeuvrés (comprenez : jeune qui a des fringues Fred-Perry ou Lacoste, des Ray-Ban, une décapotable, une TV Plasma et un iPhone, mais qui relève des minima sociaux),
  • Personnes issues de la diversité (de quoi les autres sont-elles issues ? De l’uniformité ?),
  • « Parisiens, parisiennes » (Parisiens suffit largement, on a compris),
  • Mes équipes (d’où vient ce sentiment de propriété ? Et pourquoi un pluriel ?),
  • Précarité énergétique (pourquoi pas « précarité lessivière » pour ceux qui n’auraient plus les moyens de s’acheter de la lessive ?),
  • Stress hydrique (souvent utilisé à tort, quand on veut simplement évoquer le manque d’eau),
  • Il a hérité de cette maison (alors qu’il faut écrire : il a hérité cette maison, de quelqu’un),
  • Je gère la situation (de nos jours tout se gère, même les sentiments),
  • Le vécu (l’expérience, la vie…),
  • Démarche citoyenne, réunion citoyenne, pétition citoyenne, primaires citoyennes (à quand des « lasagnes citoyennes » ?),
  • Adresser un marché (c’est de l’anglais ; on s’adresse à un marché, on ne l’adresse pas),
  • Les lieux de privation de liberté (la prison ? Certes, me dira-t-on, il y a les hôpitaux psychiatriques…),
  • « Il n’y a eu que quelques vols » (comprenez : il s’agit d’un pillage),
  • Situation d’énonciation (contexte, tout simplement),
  • Les populations concernées (y en aurait-il plusieurs ?),
  • Le peuple de gauche (il n’y a qu’un seul peuple, c’est le peuple français),
  • Le mariage pour tous (le mariage n’est pas pour tous : il faut être majeur ; on ne peut pas se marier avec une ou un mineur, ni avec son frère ou sa soeur, entre autres conditions…),
  • Le fonctionnement du RER n’est pas prêt de s’améliorer [alors qu’il faut écrire : pas près de s’améliorer (synonyme : n’est pas sur le point de s’améliorer)],
  • Untel n’est pas près à négocier [alors qu’il faut écrire : n’est pas prêt à négocier (synonyme : n’est pas disposé à négocier)],
  • Trappes : « Les forces de l’ordre n’ont pas été visées » (comprenez : on ne fera rien),
  • Géniteur d’apprenant (parent d’élève dans l’Éducation nationale. Véridique… !),
  • Théorie du genre (ce sont les mots qui ont un genre. Sinon, les hommes et les femmes n’appartiennent qu’à un seul genre : le genre humain…),
  • Pas d’amalgame (inutile d’expliquer, on a compris).

Sinon bonnes vacances !

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ces expressions exaspérantes

  1. 68ardrgard dit :

    Bravo, Cyrille pour ce florilège. On pourrait quand même apporter quelques précisions:

    Si les anglicismes relèvent plus souvent du snobisme, ou d’une volonté d’apparaître comme faisant partie d’une élite du monde des affaires, il faut aussi reconnaître que c’est d’une part très pratique pour détecter très rapidement ce genre d’imbécile, dont je fais à contre-coeur parfois partie -l’exemple d' »adresser un marché » est symptomatique-, et d’une autre que certains langages ont l’avantage de la fulgurance de la formulation sur d’autres.

    Un bon exemple issu de cette liste serait « benchmark », qui n’a rien à voir avec une comparaison, mot dont la traduction anglaise est aussi largement utilisée dans le monde des affaires. Le benchmark c’est un « étalonage sur les meilleurs et leurs pratiques »: on voit bien l’avantage de la tournure anglophone.

    Par ailleurs, je conteste fortement votre phrase sur la théorie du genre, en ce qu’elle relève justement d’un anglicisme mal traduit: le gender c’est la distinction mâle / femelle, donc notre état-civil à nous. Rappeler le mot français montre la portée d’une telle réforme, d’où le choix de l’élément de langage « genre », très neutre. Mais peut-être disons nous la même chose…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.