1880-1980 : la littérature française face à la mondialisation

A la fin du XIXe siècle, la littérature, en particulier le roman et la poésie, est traversée par un clivage qui traverse les cultures nationales, européennes et mondiales : elle oscille entre un repli identitaire, et sa définition est alors nationale, voire nationaliste, et une ouverture aux idéaux littéraires, intellectuels, politiques, européens voire mondiaux, portés par des traductions, des essais, des récits de voyage.

Quoi de commun, si ce n’est un immense talent, entre Maurice Barrès et Blaise Cendrars, pour ne prendre que ces deux exemples ? Ou entre Malraux et Céline ? C’est pour y réfléchir que l’équipe doctorale de littérature française et comparée de l’université Paris-IV Sorbonne organise, les 5 et 6 juin 2013, un colloque bien intéressant, intitulé : « Réflexions nationales et internationales dans le roman et la poésie de 1880 à 1980 : de l’européanisme à la mondialisation ».

Roger Martin du Gard (DR).

Roger Martin du Gard.

Mon attention a été appelée par la référence à Roger Martin du Gard, prix Nobel de Littérature et grand écrivain français du XXème siècle.

Au-delà de Roger Martin du Gard, on pense aussi, nécessairement, à François Mauriac, à Georges Bernanos ou à Albert Camus. Sans oublier André Malraux…

 

Magistrale adaptation d'Oscar Thibault par Jean Yanne. A voir absolument.

Magistrale adaptation d’Oscar Thibault par Jean Yanne. Son dernier rôle, il y a dix ans tout juste. A voir absolument.

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.