Tram-train à Saint-Germain : la concertation se prépare

Approuvé à l’unanimité par le Syndicat des transports d’Île‐de‐France (STIF) le 11 avril 2012, le futur tram-train sera effectif en 2017… si tout va bien.

Le schéma présenté dans le "Journal de St-Germain" en 2008 (DR).

Le schéma présenté dans le « Journal de St-Germain » en 2008 (DR).

Cette liaison reliera la gare de grande‐ceinture pour s’insérer dans le tissu urbain en mode tramway jusqu’au pôle RER A via le Camp des Loges. La fréquence de passage sera d’un tram toutes les 10 mn en heures de pointe et toutes les 30 mn en heures creuses.

Financé par le STIF et l’État à hauteur de 313 millions d’euros (2008), le projet fera l’objet d’une enquête publique fin 2012‐début 2013, avant que le travaux ne commencent en 2014 pour une mise en service en 2017. Le tronçon Grande-ceinture – RER A était évalué en 2008 à 52 millions d’euros, non compris les intersections avec la N190 et la N184, ni l’interconnexion avec le RER A proprement dit.

La société de consultants EGIS Conseil, mandatée par le STIF, a visité ce 14 décembre 2012, en ma compagnie et celle de deux anciens élus, les différents points difficiles du tracé envisagé.

La première difficulté n’est pas technique cependant. La première question, c’est celle de l’intérêt de ce tronçon : qui pourrait avoir l’utilité d’une liaison St-Cyr-l’Ecole – St-Germain-en-Laye ? Si c’est pour rejoindre le RER A, il suffirait d’aller jusqu’à Achères sans changer de train, et d’y rejoindre le RER. Inutile de construire un tramway dans Saint-Germain.

Dans l’hypothèse où quelqu’un aurait l’utilité de ce tronçon, cela vaut-il 52 millions d’euros, non compris les points noirs ? Il y a lieu de se poser sérieusement la question en ces périodes de disette budgétaire.

Si l’on admet l’utilité de ce tronçon, se posent alors différentes questions techniques : comment prévoit-on les intersections avec la N190 et N184 (toujours engorgées) ? Comment organisera-t-on l’intersection avec l’A104 lorsqu’elle sera construite (si elle l’est) ? Comment insèrera-t-on le tram-train dans la partie « avenue des Loges vers le château » sans défigurer la perspective du château ni raser aucun arbre ?

Enfin, il reste une question essentielle, que personne ne veut ou n’ose poser : le RER A sera-t-il capable d’accueillir ce surplus de voyageurs, alors qu’il est saturé depuis longtemps et qu’il fonctionne déjà très mal, au grand désespoir des usagers ?

Comme on le voit, cet équipement peut éventuellement être utile, mais beaucoup de questions restent en suspens. La concertation publique prévue en 2013 sera, à cet égard, très utile si tous les Saint-Germanois y participent.

Capture d’écran 2012-12-14 à 11.41.23

La Une du « Journal de St-Germain » en 2008 (DR).

Publicités
Cet article a été publié dans St Germain-en-Laye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tram-train à Saint-Germain : la concertation se prépare

  1. Atanase dit :

    Encore des investissements marques par l’egobesite d’un César fonctionnaire. La gare SNCF de st germain est vide , et nous en supporterons pendant des annees les charges. Un peu de bon sens et un peu moins de technocratie dans le choix des investissements fairaient du bien a notre portefeuille.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.