Quand « Libération » donnait raison à Copé

Le 19 novembre 2001, « Libération » décrivait la manière dont l’islam imposait sa loi à l’heure du Ramadan. Il n’y a pas le « pain au chocolat », mais tout y est (DR).

C’était le 19 novembre 2001. Libération publiait un article sous la plume de Blandine Grosjean. Le thème : un quartier de Paris à l’heure du Ramadan. La journaliste se rend dans un café, et y découvre comment l’islam (isme ?) impose sa loi aux habitants :

« Le patron est kabyle et, dit-il, depuis deux ans, les Arabes n’osent plus venir prendre un verre chez lui. Il sert de l’alcool, «et les barbus [lui] mettent le bordel», surtout pendant le jeûne [ramadan]. Une beurette fait ses devoirs dans un coin. «De plus en plus, on me parle mal si je parle en français. Soit on me répond en arabe, soit en français pour me dire: « Pourquoi tu ne parles pas arabe ? » Pendant le ramadan, j’évite de fumer dans la rue, je sens trop la pression.» »

C’était il y a dix ans. Est-ce que Libération oserait écrire cela à nouveau aujourd’hui ? On peut se poser la question, et en soi, c’est déjà la preuve que quelque chose a changé…

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.