Quand Hollande ne voulait pas de la « règle d’or »

François Hollande et Valérie Trierweiler (DR).

Le Parlement a adopté le projet de loi organique mettant en oeuvre la « règle d’or ». Cette règle a pour objet de ramener les finances publiques à l’équilibre et de les y maintenir, conformément au traité budgétaire européen. Pourtant, François Hollande avait promis que jamais nos finances publiques ne seraient soumises à une telle règle d’or.

Voici ce qu’il en disait avant d’être élu :

« Je n’imagine pas qu’il y ait un socialiste qui puisse voter une règle d’or qui n’a aucune consistance et qui est prévue pour 2013, donc pour moi le débat est tranché » (17 août 2011, Reuters – Paris).

Parmi les autres candidats à la primaire PS d’octobre 2011, Martine Aubry et Arnaud Montebourg étaient contre le vote de la « règle d’or », comme François Hollande, alors que Manuel Valls et Ségolène Royal étaient plutôt pour. À l’occasion de l’un des débats télévisés organisés pendant cette primaire, François Hollande avait répondu à Martine Aubry qui, déjà, subodorait un retournement de veste de la part de son concurrent :

« Non jamais, jamais, tu ne trouveras jamais aucun écrit de ma part sur la règle d’or ! » (LCI 2011).

Désigné candidat, François Hollande publiait, le 26 janvier 2012, un catalogue de 60 engagements pour la France. La promesse n°11 précisait :

« Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011. »

Finalement, François Hollande a changé d’avis et a fait adopter le traité européen tel quel, c’est-à-dire sans le renégocier, mais pas sans difficultés. Dans un article du 11 octobre 2012, « Le Monde » notait que :

« Le président socialiste et son premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ont pesé de tout leur poids pour faire adopter ce traité, qui a divisé leur majorité et que François Hollande, durant la campagne présidentielle, avait dit vouloir renégocier » (Le Monde, 11 oct. 2012).

Vilipendé parce que préparé et signé par le précédent chef de l’Etat, le traité européen a finalement été ratifié tel quel par la grande majorité des parlementaires socialistes. « Je n’imagine pas qu’il y ait un socialiste qui puisse voter une règle d’or qui n’a aucune consistance », disait Hollande… ?

Décidément, la politique est un art.

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand Hollande ne voulait pas de la « règle d’or »

  1. Ping : Cyrille EMERY : Quand Hollande ne voulait pas de la « règle d’or » | Ensemble pour Saint-Germain-en-Laye | Scoop.it

Les commentaires sont fermés.