La bien-pensance s’installe sur Twitter

Twitter n’est plus le lieu où l’on peut penser et dire ce que l’on veut…

Même sur les réseaux sociaux, la bien-pensance s’installe peu à peu. Ces « lieux » de liberté, où l’on pense pouvoir s’exprimer sans crainte de la stigmatisation, se « boboïsent » insensiblement : politiquement correct exigé à l’entrée, et gare à celui qui ne respecte pas les règles implicites imposées par les gourous de la bien-pensance ! L’exclusion est vite arrivée par l’intermédiaire de censeurs qui ne supportent pas qu’on pense autre chose qu’eux.

Mais quelles sont ces règles au fait ? C’est ce que nous explique le site bien nommé « Le Mal-Pensant, où l’on écrit de la main droite » :

« Depuis quelques mois, on assiste à l’installation sur Twitter d’une sorte de bien-pensance idiote où tout le monde se met à avoir les mêmes réflexes et où l’originalité de chacun s’efface devant un conformisme sans surprise.

Il devient de plus en plus difficile d’être le porte-parole d’une opinion contradictoire face à une majorité de plus en plus écrasante de profils polluants, souvent anonymes, qui n’ont que ça à faire que de « trôller » et de jouer aux « haters », ou, presque aussi grave, qui s’envoient entre-eux mille politesses et mille hautes considérations esthétiques pour se faire bien voir et améliorer leur personnal branding branling.

On a étudié le phénomène d’un petit peu plus près. Petites consignes pour ressembler à ceux qu’on déteste :

  • Débrouille-toi pour recommander chaque vendredi (usage du #FF) plus de profils que tu n’en suis toi-même.
  • Retweete au moins une fois sur deux les blagues de @guybirenbaum et de @davidabiker. Si possible leur dire que leurs blagues sont drôles et surtout, A-DO-RER leurs chroniques.
  • Du coup, cf. le point ci-dessus, participe à la secte #dcdc avec Europe1 (ok, ils m’ont invité une fois, j’assume !).
  • Quand tu lis de la poésie le soir avant de te coucher, tu le dis sur Twitter. Pareil quand tu lis les Inrocks. De toute façon, même si tu ne lis pas les Inrocks, toi aussi tu trouves vraiment très bon ce super groupe judéo-malien de rock alternatif dont ils nous ont parlé la semaine dernière.
  • Surtout, n’oublie pas de parler de politique étrangère. Ça fait toujours plus sérieux… »

La suite sur Le Mal-Pensant

J’ajouterai que sur Twitter, il est mal venu de trouver la moindre circonstance atténuante à Didier Vanneste (dont je ne partage pas toutes les opinions), à Jacques Myard (dont je ne partage pas toutes les opinions), à mes amis Thierry Mariani (dont je ne partage pas toutes les opinions) ou Brice Hortefeux (dont je ne partage pas toutes les opinions). Et encore moins à l’actuel locataire de l’Elysée… En revanche, le Che (malgré tous ses crimes), Fidel Castro (en dépit des mêmes crimes), la IVème République (en dépit de son instabilité chronique), DSK (en dépit de… est-il utile de dire pourquoi ?) ont bien des excuses, eux. Le parti communiste français, malgré son lourd passé, son soutien indéfectible à l’URSS et à Staline, ou son racisme des années quatre-vingt échappe à toute critique : normal, il a changé, il est devenu humaniste. Oui oui vous avez bien lu. Même les dirigeants de la Corée du Nord trouvent grâce aux yeux de certains twittos : on m’a dit récemment que, si ça se trouve, ils étaient heureux en Corée du Nord, puisque je ne savais pas ce qui s’y passait… Mais lisez la suite du post, c’est très bien vu !

Publicités
Cet article a été publié dans informations générales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La bien-pensance s’installe sur Twitter

  1. LeLapin dit :

    Totalement faux. La seule limite que j’aie pu constater sur Twitter c’est le fait que les gens ont désormais tendance à éviter les propos qui tombent sous le coup de la loi (injures, menaces, racisme…) suite à quelques dérapages punis. Àmha, c’est plutôt sain (sur Usenet, le premier proc venu remplirait quelques paniers à salade 😉 pour l’échange d’idées et d’opinions, et en plus ça stimule la métaphore et l’euphémisme généralement drole, ce qui n’est pas sans un attrait certain. 😉
    Les exemples de Le Mal Pensant sont un parfait guide du petit conformiste qui 1) ne supporte pas qu’on le contredise et 2) veut absolument se faire bien voir par une certaine intelligentzia quitte à trahir ses opinions. Les opportunistes de tout poil, avides de reconnaissance et de followers, comme cette personne, qui ne rêvent que de passer à #dcdc, 😀 j’en ris (pardon, pléonasme avec le smiley 😉 !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.