L’association des usagers du RER A met en cause le maire de St Germain-en-Laye

Le numéro 604 du "Journal de St-Germain" fait bondir le président de l'ADURERA.

Frédéric Linarès, président de l’Association de défense des usagers saint-germanois du RER A (ADURERA) ne décolère pas. Non content de ne pas voir de résultats concrets aux très nombreux dysfonctionnements qui affectent chaque jour la ligne A du RER, Frédéric Linarès constate, avec un certain agacement, le parti-pris politicien pris par le Journal de St-Germain, édité par la mairie. Un journal qui devrait être celui de tous les habitants.

Nous avons demandé au président de l’ADURERA, le Saint-Germanois Frédéric Linarès, ingénieur diplômé de l’école centrale de Paris, directeur des systèmes d’information d’une des plus grandes banques d’Europe, les raisons de cet agacement :

Je viens de lire la page du « Journal de St-Germain » n° 604 daté du 12 mars 2012 consacrée au RER A. Il y a des erreurs dans tout ce que dit notre maire, Emmanuel Lamy (NDLR: encadré page 7).

1° Contrairement à ce qu’il affirme, ce ne sont pas deux nouveaux trains par mois qui sont promis, mais un train de deux rames.

2° Contrairement à ce qu’il affirme, il n’y a aucune augmentation du nombre de rames desservant le terminus de St Germain-en-Laye vers 20 heures. Le prolongement des deux derniers terminus du Vésinet-Le Pecq jusqu’à St Germain-en-Laye a fait long feu.

3° Enfin, contrairement à ce qu’il affirme, l’engagement de la Ratp à une plus grande ponctualité, sous le contrôle des associations d’usagers, est une promesse qui n’est aucunement tenue à ce jour.

Le maire devrait commencer par s’appliquer à lui-même l’engagement d’associer davantage les associations d’usagers à sa propre action. Au lieu de cela, il ne soutient que l’association qu’il a créée lui-même, le « Collectif Ma Ligne A », qui est une coquille vide. Heureusement que la Ratp et le Stif ne font pas de même et ne créent pas leurs propres associations d’usagers. Que ne dirait-on pas !

Car une chose est d’avoir des associations comme l’ADURERA qui accueillent en leur sein des élus (*), ce qui est bon pour elles, car elles peuvent mieux développer leur action ; autre chose est que les associations soient créées par des élus à des fins politiciennes évidentes.

Voilà qui a le mérite de la clarté. On peut du reste s’étonner qu’au lieu d’appuyer les revendications légitimes de l’ADURERA, dont la représentativité n’est plus à démontrer, le maire de Saint Germain-en-Laye ait préféré être à l’initiative d’une association concurrente. Cela sert-il les intérêts des Saint-Germanois ?

(*) NDLR: Arnaud Péricard, usager du RER et conseiller municipal de St Germain-en-Laye, est l’un des membres de l’ADURERA.

Publicités
Cet article a été publié dans St Germain-en-Laye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’association des usagers du RER A met en cause le maire de St Germain-en-Laye

  1. Ping : L’association des usagers du RER A met en cause le maire de St Germain-en-Laye | Ensemble pour Saint-Germain-en-Laye | Scoop.it

Les commentaires sont fermés.